Le réseau très haut débit du Rhône

© Foto-Ruhrgebiet - Fotolia.com
Mis à jour : 21 mars 2017

Le Département du Rhône s’est impliqué très tôt dans l’aménagement numérique de son territoire. Il a engagé dès juillet 1995 une DSP réseau câblé dont l’architecture technique et les objectifs visaient déjà à prévenir la fracture numérique territoriale.

Le réseau, concédé par le Syndicat mixte EPARI, compte 100 000 prises sur le territoire du Département du Rhône, toutes à très haut débit, exploitées par SFR- Numéricable. La DSP prendra fin en juillet 2025.

C’est sans doute l’un des effets induits de cette démarche du Département du Rhône par son engagement au sein de l’EPARI : compte tenu de la concurrence entre les grands opérateurs, Orange s’est positionné très fortement sur notre territoire dans sa « réponse AMII » (Appel à Manifestation d’Intention d’Investissement) du 28 janvier 2011 déposée auprès de l’Etat dans le cadre du plan national  France Très Haut Débit.

Ainsi, 80% de la population du Rhône est en territoire AMII, soit sur 168 des 221 communes du Rhône.  Il n’y a à notre connaissance en France pas d’autre zone AMII sur un territoire aussi étendu et avec une telle ruralité.

La zone non AMII du Rhône concerne, elle, 55 communes. 53 sont couvertes partiellement (53% de leur population en moyenne) par le réseau très haut débit de l’EPARI.

Le Rhône vise l’ambition à terme, par son Schéma Directeur Territorial d’Aménagement Numérique (SDTAN) approuvé par l’Assemblée départementale le 16 décembre 2016, consultable et téléchargeable ici, d’aboutir à une couverture complète et uniforme sur le plan technologique de son territoire en très haut débit, par la technologie FTTH (fibre optique jusqu’à l’abonné).

Document


Voir aussi